"Tout ce que nous avons à décider, c'est que faire du temps qui nous est imparti." (Olòrin)

Spectacle vivant

La petite princesse Météore

Danse et poésie
Jeune & tout public, 30min
Création 2017

« La petite princesse ne dort jamais sans son arbre. Elle a appris très tôt à se perdre dans la forêt. » (D. Cagnard)

La petite princesse Météore est un poème chorégraphique autour d’un personnage à multiples facettes. Espiègle, tendre, perdue, en prise avec les éléments… L’être voyage. En elle-même et dans le monde, à la rencontre de soi et de l’autre, la frontière est ténue. De découvertes en étonnements, sans âge, elle nous amène dans nos imaginaires. Et soudain la pluie sur le jardin abandonné transforme les silhouettes en lumière. Entre danse et poésie, La petite princesse Météore est une pièce imagée sur la découverte du monde et l’acte de grandir, d’après un livre de Dominique Cagnard.

Tout le monde veut lire le journal en même temps

Danse, cirque et poésie
Jeune & tout public, 1h
Création 2018

« Dans cette maison, il y a toujours quelqu’un et jamais personne. » (F. Delalande)

A quoi cela tient une famille ? On s’aime, on s’ignore, on se déchire, mais on finit toujours par s’aimer à nouveau. On part on revient, on s’en va, on s’attend, on espère, on plaque tout. Quatre interprètes – un jongleur acrobate, une voltigeuse équilibriste et deux danseuses – mettent leur singularité en commun pour créer la famille (imparfaite) de leurs rêves. La piste de jeu, bien sûr, c’est là où ils vivent.

Si je murmure ici

Danse et poésie
tout public, 1h
Création 2020

« Comment mettre nos rêves bout à bout
pour que tous les vents se mettent à souffler
et qu’il n’y ait plus de distance
entre le ciel la terre et les hommes ? » (D. Cagnard)

Si je murmure ici est un voyage entre lumière du matin, océan et planètes. C’est un pays imaginaire qu’on ouvre comme un livre d’enfance. On y découvre un monde caché derrière le monde, une forêt silencieuse, une femme qui chemine et une averse sur la lande. Un pays qui nous change, qu’on porte et qu’on emporte avec soi. Sur le plateau, deux femmes, deux visages, deux espoirs. Leurs corps sont le lieu où se rencontrent le reflux des vagues, la tendresse et le jeu. Entre la force d’aimer et la joie de découvrir, rien ni personne ne pourra leur enlever l’idée qu’elles se font de la vie.

Si je murmure ici est un poème chorégraphique sur l’altérité et la construction de soi, un spectacle qui évoque l’accès à l’imaginaire et les mondes intérieurs qui nous meuvent.

Le jardin et l’écorce

Danse et paysage
tout public, 50min
Création in situ 2020

« Le corps est cet étrange objet qui utilise ses propres parties comme symbolique générale du monde et par lequel en conséquence, nous pouvons fréquenter ce monde, le comprendre et lui trouver une signification. » (Merleau Ponty)

Depuis toujours le paysage a inspiré la création chorégraphique de la compagnie Le Monde Devant. Nous y voilà. Les danseurs quittent le plateau et partent arpenter le monde dans une recherche sensible face à l’espace naturel. Sur la ligne de crête, une silhouette. Dans le creux du vallon, une main et un arbre. Dans l’ombre dessinée d’une après-midi finissante, une danse. Elles sont trois danseuses, dont une est également paysagiste. Elles sont trois femmes faites de textures, de lignes de forces, de lumière et de vent. Si nous habitons un paysage de notre présence… Comment le paysage nous change t-il ?

Une lettre pliée en 7

Danse et conte poétique
Jeune & tout public, 35min
Création 2021

« Elle se cogne, tourne, roule, tourneboule, débaroule et déboule en plein milieu de la plaine, là où le soleil n’ose pas se coucher tellement la terre est belle. » (F. Delalande)

Où l’on rencontre une maison sans mur, un petit garçon qui écrit mal, des graviers qui réinventent le cosmos, une petite fille qui tourne, qui tourne, et des lettres, plein de lettres qui cherchent à prendre leur envol…

Vidéo-danse


Poésie-clips

Une après-midi, un lieu, un danseur, un vidéaste, un poète. Mais bientôt, le vidéaste danse, le poète cadre, le danseur dit… Les poésie-clips sont des espaces d’expérimentation, des rencontres hors de nos frontières, des invitations à regarder autrement.

Réalisation : Tinuviele Parmentier – Avec : Tess Barthes, Alice Bounmy, Nicolas de Casanove, Rémy Carlier, Juliette Delabasle, Flora Delalande, Tibka Fichot-Redor, Hannah Papacek Harper, Karen Papacek, Alyse Pilloix, Alexandra Pommier.


Malher project

Une immersion dans l’oeuvre de Karen Papacek, un paysage pictural de 10 x 2,60 mètres, sur la symphonie n°1 de Gustav Mahler, cadré poétiquement par Hannah Papacek Harper dans l’atelier de l’artiste.

Artwork : Karen Papacek – Dancer : Tinuviele Parmentier – Camera operator : Hannah Papacek Harper – Direction : Hannah et Tinuviele


Rhizome

Une fenêtre ouverte sur l’univers du plasticien et vidéaste Florent Cordier.

Réalisation : Florent Cordier – Sound Design : Vincent Munsch – Modèle : Tinuviele Parmentier

Ateliers chorégraphiques

Tinuviele propose des ateliers et stages à la recherche d’un mouvement conscient, libre et créatif dans une approche ludique et sensible de la danse, source de bien-être et de partage.

Imprégnée des outils de la danse contemporaine, elle conçoit le mouvement comme l’expression première et intrinsèque de l’être. À travers le jeu, la présence, l’imaginaire et le partage, celle-ci relie le corps et l’esprit, apporte une pleine conscience du corps grâce à une approche anatomique, permet d’aller à la rencontre du mouvement authentique, naturel et singulier de chacun, en nous reliant à la vie, à ce qu’elle a de sacré, à notre créativité et à la communauté humaine.

Chaque séance commence par un travail de réveil corporel, de prise de conscience de l’espace, de soi-même et des autres, avant d’entrer dans un échauffement à la recherche d’un corps centré, conscient et disponible. Un temps est ensuite consacré à l’apprentissage de chorégraphies afin de mener chacun à en interpréter librement la matière. Puis des improvisations guidées permettent des explorations et recherches, en groupe et individuelles. Cette forme de travail sur le corps, ludique et créatrice, est source de bien-être.

Les PROCHAINS STAGES dans le Perche :

• Dimanche 4 octobre 13h-16h : Stage danse et création, 35€
• Dimanche 11 octobre 11h-13h : Atelier danses spatiales méditatives, 25€
• Dimanche 8 novembre 13h-16h : Stage danse et création, 35€
• Dimanche 15 novembre 11h-13h : Atelier danses spatiales méditatives, 25€

Les ateliers RÉGULIERS dans le Perche :

Mardi 18h30-19h30 :  prise de conscience du corps par le mouvement (niveau débutant)
Mercredi 18h45-19h45 :  prise de conscience du corps par le mouvement (niveau débutant)
Mardi 19h45-21h15 :  atelier chorégraphique (niveau moyen/avancé)
Jeudi 19h45-21h15 :  atelier chorégraphique (niveau moyen/avancé)

Adultes et adolescents à partir de 15 ans, tous niveaux, débutants bienvenus. Adresse précise envoyée sur inscription. Réservation effective à réception de 50% d’arrhes.

Un début d'histoire

Elle regarde souvent le ciel avec son âme pour ne pas oublier d’où elle vient. Elle observe alentour avec une grande curiosité, tantôt amusée, tantôt nostalgique. Elle construit des maisons de mots, de mouvements, de papier et parfois de bois. Elle invite le monde qui s’étend devant elle à venir y prendre le thé.

Elle a les pouces bleus, et le bleu vient la trouver. Parfois elle l’appelle de son petit nom, Cosmos, comme les fleurs. Ça lui pousse des envies de planter de nouvelles idées chaque matin, de croiser les sourires, de mettre des jupes en hiver, d’oublier son parapluie et de lire devant la mer. Elle arrose la vie tous les matins d’un mot étonnant et d’un geste rare.

Chez elle, c’est plein de dessins, de livres et de silences. La lumière perce à travers les feuilles de bambou et emplit l’espace en dansant. Elle aime les corps, les matières et l’invisible. Ils tracent des pleins et des vides sur la page blanche du monde où elle écrit ses mille maisons de rêves.

• La danse

Elle découvre la danse contemporaine, enfant, avec Sophie Daviet à La Schola Cantorum, à Paris. Adolescente, elle participe à des créations avec plusieurs chorégraphes à L’Espal, au Mans. Puis elle suit la formation en danse contemporaine du Conservatoire de Caen avec Valentine Vuilleumier et Line Guillouet, où elle obtient son Diplôme d’Études Chorégraphiques. Elle prend part pendant plusieurs années à des stages et créations en France avec, entre autres, Sophie Daviet, Raphaël Soleilhavoup, Daniel Dobbels, Agnès Dufour, Brigitte Asselineau, Christine Gérard, Blandine Minot, Alban Richard, Elena Serra (mime) et May Kazan (danse soufie).

Dès 2014, elle chorégraphie plusieurs courtes pièces et performances. Elle monte la compagnie Le Monde Devant en 2017 et crée La petite princesse Météore, poème chorégraphique en duo avec la danseuse Alice Bounmy. En 2019, elle crée un quatuor mêlant danse, cirque, mime et poésie, Tout le monde veut lire le journal en même temps. La première de sa prochaine création, Si je murmure ici, aura lieu en octobre 2020, avec la musique live du Jaco Parmentier group. Elle prépare également pour 2021 une adaptation à la scène d’un conte poétique, Une lettre pliée en 7. Elle propose des performances dansées en extérieur avec des musiciens, des poètes, des paysagistes. Elle crée également des vidéos in situ mêlant danse et poésie. En parallèle de son travail de création, elle s’enrichit du partage avec les amateurs en proposant des ateliers et des stages.

• La poésie

Elle publie en 2011 un recueil de poésie Entre les racines du chêne vert et participe au sein du Collectif Le Temps des Rêves à la revue Pierres d’Encre, dont elle est par ailleurs directrice de la publication et maquettiste pendant 3 ans. Elle apprend sur le tas et le virus du livre la pique. En 2014, elle monte les éditions Paysages, petite maison d’édition artisanale qui publie des livres-objets de poésie illustrée. De 2015 à 2017, elle prend part à l’aventure des éditions Soc et Foc. Elle aime tant créer des livres que s’en suivent différents projets, notamment Mosaïque(s), Retour de Brume, Amour Bleu… Elle continue toujours à écrire, pour le spectacle vivant, des projets de publication et pour elle-même.

Si la danse est son langage premier, les mots en sont indissociables. Le texte est toujours présent dans les spectacles qu’elle met en scène, que ce soit à l’inspiration ou au plateau.

• Les images

La danse, les mots, les images… Autant de points de vue poétiques sur le monde qui se font écho, dialoguent et rebondissent.

La photographie et la vidéo naissent du côtoiement d’Isabelle Bussi avec qui elle découvre et aiguise son propre regard, tout en s’appropriant les aspects techniques. Elle les développe ensuite au sein de créations visuelles en collaboration avec d’autres artistes et pour des projets solo.

C’est en rencontrant les personnages visuels de Gaëlle Boissonard qu’elle commence à imaginer et créer des vêtements ainsi que des costumes pour le spectacle vivant, tout en se formant auprès d’une couturière pendant 2 ans.

Une option arts plastiques et l’artiste japonaise Michiko Yamada lui ouvrent le champ de l’illustration qu’elle explore notamment avec les encres, les aquarelles et les matières de papiers. Autant de médium qui la portent et l’enrichissent.

Contact